Pour une utilisation optimale de notre site, merci d'accepter les cookies Google Analytics et Facebook



Sérgio BELLO - Une trajectoire et une peinture

Sérgio BELLO - Une trajectoire et une peinture

Sérgio BELLO : Une trajectoire et une peinture...
Une trajectoire et une peinture belle et rebelle
Sérgio BELLO est né en 1952 à Recife, capitale du Nordeste brésilien, région de contrastes.A quinze ans, il sculpte déjà sur bois, à dix-sept ans, il expose ses premiers travaux, à dix-huit ans il organise sa deuxième exposition personnelle, et à vingt ans
la troisième à Rio de Janeiro, où il vend tout ce qu'il a montré, ce qui lui donne l'indispensable confiance en lui.En 1973, il commence à dessiner à la plume. Ses dessins traduisent déjà une préoccupation environnementale : des myriades de fleurs tapissent le ciel d'une cité brésilienne. Des compositions "Lyriques" d'où germait déjà, ses " Cris de Jeunesse ". A l'âge de 25 ans, il fini ses études à l'Université Fédérale de Pernambouc et se prépare à son voyage d'études en France. Entre 1978 et 1980, il est inscrit à
l'Université Panthéon Sorbonne, pour une Licence d'Esthétique et de Philosophie de l'Art.
En 1986, Sérgio BELLO a obtenu un DEA (Diplôme d'Études Approfondies en Arts Plastiques)
de L'Université Panthéon Sorbonne, avec son projet " REMAKE - Aleijadinho ". A partir des années 1986 et 1987, il se consacre à la réalisation d'une série intitulée " Cris des Prophètes ", puis réalise son panneau de 2 mètres de haut par 12 mètres de long. En 1989, année du bicentenaire de la Révolution Française, Sérgio BELLO rappelait : " C'est aussi le bicentenaire de la Conjuration de Minas Gerais (région des Mines Générales), une tentative avortée de révolution brésilienne. Les idéaux révolutionnaires des penseurs
philosophes des Lumières avaient traversé les océans et influencé la campagne humanitaire, républicaine, anti-esclavagiste et anti-portugaise menée par des esprits rebelles ". Cette même année, il expose au Grand Palais de Paris, dans le cadre du Salon de la Figuration Critique, son panneau monumental des " Cris des Prophètes " et rencontre Jorge Amado, qui écrit : Parmi les beautés de Paris, le Brésil explose soudain dans la peinture vraiment magnifique de Sérgio Bello. Un Brésil qui nous arrive tout droit du passé à travers la re-création des prophètes de l'Aleijadinho - ce métis génial - projetés dans le présent par le talent de ce jeune peintre. Des yeux pour voir, des bouches d'imprécation et de condamnation, des mains révoltées par la misère et l'ignominie. Ces prophètes d'hier et d'aujourd'hui sont le peuple brésilien.Bravo, Sérgio Bello.
Jorge Amado Paris, Octobre 1989.