Bonjour Brasil n'utilise que des cookies fonctionnels de Joomla, pas de Google ni Facebook



Bois Brésil - Oswald de Andrade

Bois Brésil - Oswald de Andrade

Oswald de Andrade, Bois Brésil
Parution : 16 septembre 2010.
Oswald de Andrade, Bois Brésil (Poésie et manifeste)
Traduit du portugais (Brésil), préfacé et annoté par Antoine Chareyre.
Édition bilingue, illustrations de Tarsila do Amaral.
Paris : Éditions de la Différence, 2010.398 p.
Prix : 20EUR.EAN : 9782729118983.

Présentation de l'éditeur :
Oswald de Andrade (São Paulo, 1890-1954) : enfant prodigue, journaliste, essayiste, polémiste, romancier décadent ou expérimental, poète et dramaturge, voyageur, Brésilien (de Paris), dilettante, amoureux, homme à femmes et à scandales, prêt à tout, contrebandier du transatlantique et anthropophage, agitateur d'idées (celles des autres) et dilapidateur de biens (les siens), planteur de café, promoteur immobilier et militant communiste, nationaliste libertaire, amateur en tout et "homme sans profession". Il fut l'un des principaux animateurs du Modernisme brésilien, mouvement de rénovation littéraire, artistique et culturelle apparu dans les années 1920 à São Paulo et Rio de Janeiro.
Après un séjour à Paris, au coeur de la communauté brésilienne d'alors, il lance en 1924 le Manifesto da Poesia Pau Brasil, promotion d'une "poésie d'exportation" refondée dans la réalité brésilienne tant historique que contemporaine, et visant à renverser joyeusement, en contexte nationaliste, les modèles européens importés, dépassés et aliénants. Hôte, la même année, de Blaise Cendrars dont il est l'ami depuis 1923, il compose ses premiers poèmes avec la complicité de celui-ci, à la redécouverte du Brésil, dans une démarche qui va de l'auto-exotisme à l'invention d'une identité nationale moderne et alternative, avec un humour iconoclaste qui procède simultanément à un dépouillement exemplaire de la forme poétique. De retour à Paris en 1925, c'est aux fameuses éditions du Sans Pareil qu'il publie, à compte d'auteur, le recueil Pau Brasil, dédié à Cendrars, avec une préface de son ami le mécène Paulo Prado, une couverture et des illustrations de sa compagne Tarsila do Amaral. L'ouvrage et sa genèse tant brésilienne que, de fait, parisienne, demeurent emblématiques de l'histoire et des problématiques idéologiques et esthétiques du Modernisme... qui culminera avec le mouvement radical de l'Anthropophagie lancé par l'auteur à la fin de la décennie.